Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 novembre 2009 7 29 /11 /novembre /2009 13:47

 Il est une autre valeur que le Mouvement populaire va  porter et développer lors des élections régionales de mars 2010 : l’écologie populaire.

Portée par Jean-Louis Borloo, Chantal Jouanno, Eric Diard et Xavier Bertrand, l’écologie populaire a pour principales caractéristiques d’être « humaniste », « juste » et favorable au progrès scientifique.

Lors du Conseil national du 28 novembre 2009, Xavier Bertrand a montré combien sur cette thématique le Mouvement populaire était décomplexé. « Aucun gouvernement, sous aucune législature, n’aura fait autant pour l’environnement que  celui de François Fillon et de Nicolas Sarkozy. »

Ecologie populaire « humaniste » car, dit Xavier Bertrand, « nous pensons que l’écologie est au service de l’homme et non que l’homme est au service de l’écologie ». Pas de religion de la croissance pour la croissance ni de religion pour la décroissance.  « Les richesses, nous en avons besoin », détaille Xavier Bertrand « pour financer les dépenses liés au vieillissement de nos sociétés, Pour améliorer la vie de nos citoyens. J’attends des Verts qu’ils aient le courage de dire que leur vision de l’écologie entraînera la réduction des ressources de notre système social », poursuit-il.

Ecologie populaire « juste », c’est, pour le Mouvement populaire, « une écologie pour tous, une écologie pour le peuple, une écologie qui ne renchérit pas le coût de la vie, notamment pour les plus modestes ».

Ecologie populaire du « progrès scientifique », celle des panneaux solaires, les biocarburants de deuxième génération, le nucléaire de quatrième génération. « Là aussi, j’attends des Verts qu’ils aient le courage de dire qu’ils veulent arrêter le nucléaire et qu’ils fragiliseront notre indépendance énergétique », note-t-il

Partager cet article
Repost0

commentaires

J

"écologie populaire" je ne sais pas si l'expression est significative mais il importe de rappeler que l'écologie ne s'oppose pas à l'homme et réciproquement.
Cependant, les préoccupations écologiques sont-elles compatibles avec la généralisation intégrale des échanges?


Répondre